Je t’ai quitté mon ami lecteur en te parlant de mon errance à l’hôpital ressemblant à l’aéroport de Nice. Si tu ne sais pas, ou ne sais plus, de quoi je cause, lis l’article d’avant et tout va s’éclairer.

Hier, j’avais donc rendez-vous pour la fameuse petite intervention en ambulatoire. Je t’aime beaucoup mais je garde pour moi la nature de mon intervention. Rien de grave de toutes façons.

Une infirmière m’a téléphoné la vieille pour me donner l’heure et quelques recommandations ainsi que… l’itinéraire dans l’hôpital pour me rendre là où on m’attendrait…

Alors déjà qu’en étant sur place et qu’on m’indique un chemin « à droite, puis vous tournez et prenez sur votre gauche puis la deuxième à droite etc… » c’est comme si tu me parlais une autre langue, alors par téléphone, c’est simple, je n’ai même pas écouté ! J’ai juste entendu « je vous attendrez »ah bah même quand je sais où je vais jme perd moi!

Naïvement, je me suis dit qu’à 7h00 du matin, peu de gens serai dans l’hôpital et que je verrai de loin une infirmière qui n’attends que moi…Oui, toi aussi tu y crois moyennement hein…

Ça a commencé direct en arrivant sur le parking de l’hôpital. Chercher l’entrée du parking et s’étonner que la barrière ne s’ouvre pas et que ça bipe …Normal, nous sommes devant l’entrée du parking des médecins !!

On se gare dans la rue, c’est mieux va !

Un peu moins de monde qu’en journée mais nous ne sommes pas seuls, ça fait hall d’aéroport le matin tôt quoi. 2 ascenseurs, un bleu, un jaune…Il me semblait qu’il fallait prendre le bleu, mais sur le jaune il y a marqué « ambulatoire » dans le flot de mots.

Donc, ascenseur jaune. Arrivés pour prendre un ticket. Nous sommes deux, je suis la deuxième arrivée. La nana avant moi a le numéro 001, logique, et moi, le 401…heu…

On appelle le OO1, et je me demande s’ils vont attendre que 400 personnes fantômes passent avant moi, ou faire défiler tous les numéros jusqu’au 401. Non, après 001 vient 401.

Et là, la madame pas aimable me dit que ce n’est pas là que je devrai être, j’ai le droit de répondre que, effectivement, je devrais être dans mon lit à cette heure !? Elle me dit que je dois me rendre directement en ambulatoire (sans blague ?!) et là, elle me dit « vous prenez la direction « ambulatoire » et vous tournez à gauche de suite après les portes battantes, heu non ! à droite ! » alors là, le flou artistique !!En la quittant je ne savais plus si je devais aller à gauche ou à droite, j’étais perdue !

Mais toujours optimiste je me fie à mon instinct et suis « ambulatoire 1 » ou une infirmière me reçoit et… ne m’a pas sur son listing… « ah non ! il faut que vous alliez en ambulatoire 2 » oh putain !! et c’est reparti, gauche droite, droite gauche !! C’est simple j’avais envie de faire un gauche droite jusqu’à ma voiture et de repartir !

J’atterris enfin au bon endroit. Je suis prise en charge et installée dans une minuscule chambre individuelle. Un lit, deux chaises, un wc. La femme me donne un petit paquet. Vous vous déshabillez entièrement et mettez ceci, pantalon, chemise bouton derrière (les fameuses blouses où t’as le fessier à l’air !), sur chaussures et veste en papier. Ne vous mettez pas sur le lit vous partirez à pieds au bloc. Hé ben pourvu qu’on m’y emmène parce que j’ai pas envie de me retrouver en tenue de papier sur le parking moi !

Je m’exécute et rien que pour me venger de tout ça je fait un joli double nœud à mon pantalon de papier ! Ils auront qu’à découper pour l’enlever tiens ! C’est petit, mais c’est mon petit jeu de sorciere à moi !

Un type vient me chercher peu de temps après « vous êtes prête madame ? » bah ça dépends pourquoi mon gars ! Pour aller se faire un cinoche faudra repasser hein ! Mais je sens à sa mine qu’il n’a pas envie de plaisanter, et je t’avoue que moi non plus !

Le mec est grand et fait de grandes enjambées, je suis petite, et je glisse sur ce sol brillant avec mes sur chaussures en papier, mais il sait que je suis derrière lui on entends bien le scratch scratch de ma combi en papier. Je me sens sexy à souhait, et ce n’est que le début.

Il me met dans une salle d’attente, avec d’autres personnes dans le même accoutrement que moi « l’anesthésiste va venir vous chercher » oui, j’espère qu’il ne va pas m’endormir ici ! Bon, je ne dis rien, j’ose pas regarder les autres. Une petite musique est diffusée dans cette salle, soporifique, une pré anesthésie ? ou une envie de pleurer de désespoir, au choix !

Un petit jeune arrive « madame Calimero ? c’est vous que je cherche alors ! je suis l’interne en anesthésie et je vais vous poser quelques questions avant de vous mener au bloc » Nom, prénom. Vu qu’il me les a rappelés avant de se poster devant moi, j’ai pas trop de mal à lui redire… Date de naissance, allergie connue ? et… « l’heure de votre dernier repas ? » heu… vers 20h… « et l’heure de la dernière boisson que vous avez pris » alors là !! Je bois plus la nuit que le jour moi alors…22H ou 22H30… « parfait ! avant minuit ! » Puisqu’on m’avait dit que je devais être à jeun  à partir de minuit, n’aurait-il pas été plus simple de me demander si je n’avais rien pris à partir de cette heure ? Ma foi…Je ne dis rien, c’est l’anesthésiste, on sait jamais hein.

Il me mène au bloc,  à pieds glissants, tranquilou ! Ah non ! J’ai un truc en plus !! J’ai une charlotte en papier sur ma tête ! Je me sens belle !! On croise tout plein de gens en blouse, je ne les regarde même pas ! ça fait drôle quand même d’arriver dans le bloc comme ça, j’ai l’impression de rentrer dans la série que j’adore en ce moment New Amsterdam, sauf que y’a pas le beau docteur !

On me demande de lever et de mettre dans un bac, mes sur chaussures, ma veste et … mon pantalon ! Tu te souviens ? Celui sur lequel je m’étais amusé à faire un double nœuds… je galère et je me dis « bien fait pour toi ma fille ! ». Une nana me dit « quand vous serez prête vous vous allongerez sur la table » Punaise, bientôt ils vont me filer le bistouri pour que je me charcute toute seule.

Et je vois à quelle hauteur est la table et surtout je vois la hauteur de mes jambes « heu…Excusez-moi mais si je dois monter là il va falloir que je saute ! » Bon, au moins j’ai fait rire les personnes dans la salle ! « Je vais chercher un marche pieds » qu’on me sort ! C’est ma journée ou quoi ? Et en partant chercher ledit marche pieds elle appuie sur un bouton qui fait descendre la table. Quand elle revient avec le marche pieds, la table est si basse que même un gamin de ma classe pourrait y monter sans lever trop la jambe « non mais là ça va ! je peux quand même ! » et ça rigole « ah oui là ça devrait aller » ah ah ah ! pfff !!

On me met en place, la perf, le masque sur la figure « pensez à une chose agréable et respirer profondément » je me force à oublier que je suis presque à poil sur la table avec ma charlotte sur la tête…

Et je respire « vous pouvez fermer les yeux si vous voulez, pour vous aider à vous détendre » ah non !! J’ai trop peur qu’ils croient que je dors alors que je ferme juste les yeux !! Alors je lutte…quelques secondes…

Et me réveille en salle de réveil. Avec la tête en gros plan d’une aide-soignante « ça va madame ? » hum… « vous n’avez pas mal ? » j’articule avec difficulté, comme une nana qui sort d’anesthésie quoi, que j’ai mal au ventre « ah oui ça c’est normal » bah pourquoi tu poses la question alors ?!!

On me remonte en chambre, dans mon lit, à moitié groggy. Je roule dans le couloir (enfin mon lit hein pas moi !) et on me dit « bonne journée » bah voyons !! La journée va être d’enfer mon pote !!

Ah non ! Avant de partir le type me demande si je veux qu il me donne quelque chose de mes affaires « mon blouson s’il vous plait…Y’ a mon téléphone dedans » oui j’ai précisé au cas où il pensait que j’avais l’intention de me barrer…Je ne sais pas trop comment j’aurai fait mais bon….J’arrive déjà pas à m’orienter dans cet endroit en étant « normale » alors avec des restes d’anesthésie je te raconte pas !

L’aide-soignante vient me voir au bout d’un moment. Très gentille. Elle m’apporte une collation, café, pain etc… Comment boire un café en position semi allongé…Mystère…On verra après hein

Je vous enlève la perf ? oh ouiiiii mais « vous avez fait pipi ? » heu…je ne me suis pas levée… « ah alors je vous l’enlèverai quand vous aurez fait pipi, buvez, prenez votre temps pour vous lever…Je reviendrai »

Voilà autre chose ! Moi j’ai pas envie de faire pipi déjà, et ensuite je me sens un peu dans le coton là…Alors j’y vais doucement. Me redresse pour prendre du café déjà…ouille et beurk. Je passe mes jambes en dehors du lit, punaise il est haut ce lit ou mes jambes ont encore rétrécies ?

Et doucement me dirige vers les toilettes. En m’arrêtant à chaque coin de la piece… Avec difficulté et douleurs je fais ce qu’on m’a demandé.

Au bout d’un moment l’aide-soignante passe prendre de mes nouvelles « j’ai fait pipiiiii » que je dis fièrement…L’humiliation est à son comble en ce jour.

Perf enlevée et je dois attendre le médecin pour sortir ! Je trouve le temps long, je somnole, j’ai mal et j’ai surtout peur de m’endormir et de ronfler quand le doc va passer me voir !!

Il passe enfin, tout souriant, je n’ai même pas eu le temps de me recoiffer mais là, la sexy attitude ça fait longtemps que je l’ai perdu hein !

« Comment vous sentez vous ?

-J’ai mal

-Ah ? où ça ?

J’aurai pu répondre à mon ego mais j’ai opté pour la réponse adéquate,

-au ventre

-ah oui ? c’est un peu normal ça (et allez ! la réponse à la con !)

Il regarde fièrement la moche marque qu’il m’a laisse

-tout s’est bien passé en tout cas, et tout va bien aller, vous n’avez pas mal aux épaules ? »

Heu…  Vu que l’opération était au niveau du ventre…Non, les épaules ça va… Je suis intérieurement morte de rire en fait, j’ai pas fait de séance de muscu pendant qu’il me trifouillait le bidon donc les épaules ça va merci !

Alors qu’il m’avait dit que 24h maxi 48h serai utile pour retourner au travail, il m’annonce qu’il m’a mis en arrêt pour une semaine « ça ira mais…je préfère quand même que vous restiez tranquille parce que… »

Il ne finit pas sa phrase et je peux te dire que depuis que je suis chez moi je sais ce qu’il a voulu dire, je marche comme une mémé, j’ai mal, moi qui dort sur le ventre bah je dors pas ! Quant à la tête de mon ventre (oui mon ventre à une tête !) il ressemble à un boxeur après un match, les bleus inclus !

Le pire c’est que ma tête a envie de faire des photos, de sortir et que mon corps ne peut pas ! Bonne humeur en perspective je te le dis moi !