Duo sportif

J’adore aller à mes cours de gym. A croire que j’aime souffrir parfois.

Mais il y a une chose que je déteste c’est quand le prof dit « mettez-vous par deux pour cet exercice ».

Déjà, tu peux être sûr que ce jour-là, ma copine n’est pas là.

Ensuite, il faut choisir, rapidement, pour ne pas te retrouver seule, comme quand au collège ils formaient les équipes et que tu étais la dernière choisie

« bon…Bah je vais prendre Calimero ma foi… » sous les ovations …de l’équipe adverse !

J’essaye, stratégiquement, d’éviter la nana hyper sportive qui déchire sa race pendant le cours sans même transpirer, alors que toi, t’es rouge comme une tomate à peine l’échauffement terminé.

J’évites aussi le prof, car oui oui, il a besoin de faire une démo, donc j’évite. Parce que là je vais être observé à la loupe et c’est sûr je vais souffrir !

Enfin je trouve ma partenaire et c’est là que mon malaise à moi commence.

Il y a par exemple cet exercice pour les abdos. Je te montre la photo, c’est plus simple pour vraiment visualiser. Y’a même l’explication, plus simple que mes mots à moi finalement !

Donc à ce stade, moi personnellement, quand je suis allongée, je me demande si j’ai choisi la bonne personne par rapport à ma courte taille de jambes…Bon, en même temps ça lui fera un exercice en plus…

Quand je suis debout je me demande si j’ai la bonne taille de bras cette fois !

Puis tout est dans le dosage, la retenue … Ne pas envoyer trop fort les jambes vers elle, histoire de ne pas lui peter le nez… Ne pas faire le mouvement seule, histoire qu’en pensant repousser mes pieds elle ne pousse pas dans le vide, perde l’équilibre et me tombe dessus…Vues nos positions j’ai pas trop envie …

Et puis il y a ce fameux moment où je me demande où je vais poser mon regard…Quand je suis debout ok, je regarde le bout de ses chaussures, à l’affut pour ne pas louper un coup de pieds et synchro pour bien envoyer les deux pieds en même temps ! Elle fait des abdos, pas du pédalo (oui bon…On ne fait pas du pédalo les jambes en l’air ok…Mais je t’avoue que les seules images qui me viennent là ne sont pas forcément les plus… )

Je me demande même si je n’ai pas un petit trou dans le pantalon, au niveau de l’entre jambe, qui ferai que dans cette position elle aurai vu plongeante sur ma culotte…En même temps heureusement que j’en ai une, sinon elle aurai vu plongeante sur le fond de ma gorge !!

Mais quand tu es au sol…Deux choix s’offrent à toi. Soit tu regardes tes pieds, mais quand les jambes sont le longs de ton corps c’est pas pratique, soit tu regardes la nana au-dessus de toi…Et t’es un peu obligée pour contrôler ton jetée de jambes… Et là, malaise…

Soit tu grimaces à outrance alors que t’as pas vraiment mal mais ça fait style je contracte tout et ça marche, soit tu souris et ça fait touriste qui cherche des amis…Et très con aussi… alors tu regardes c’est tout…Mais pour moi qui analyse tout c’est compliqué… Pour tout dire, je pense que cette position fait plus travailler mon cerveau que mes abdos !!

Et puis tu as cette autre position

Alors celle-là c’est la pire. Déjà parce que ça fait mal !!

Tu ne peux pas tricher, soit t’as un minimum d’abdos et tu montes, soit t’as que dalle et t’en baves !!

Faut bien tout gainer, même les sphincters (ouais pas très glamour mais en forçant on sait jamais hein !).

Et surtout…Là, une fois en haut tu as vraiment ta face sur celle de l’autre…

Quand tu es celle qui force, tu deviens vite rouge et grimaçante et le prof te rappelle qu’une fois en haut tu dois bien penser à souffler…Eh oui…souffler une fois en haut…Souffler à la gueule de la pauvre nana qui te tiens les baskets…Et là j’ai du mal…Je ne pense pas puer du bec mais je me met à sa place (oui bientôt) et je ne veux pas que qui que ce soit me souffle au visage… Ok j’ai un odorat surdéveloppé qui me permettra de savoir ce qu’elle a pris au ptit déj alors qu’il est 19h mais quand même…

Alors me voilà embêtée… Je dois monter la tête droite donc je ne vais pas la tourner pour souffler quand même…Je ne vais pas me retenir non plus sinon l’exercice sera vite fini…

Alors je monte et baisse la tête vers mes abdos, comme pour vérifier qu’ils sont bien tendus et en profites pour souffler. Entre nous, je ne vois rien, mes supposés abdos sont bien planqués sous mon tee shirt…et pas que ! Mais au moins j’ai pas soufflé au visage de ma collègue…

Quand vient mon tour, il y a peu de chance que celle au sol, soit autant psychoteuse que moi, donc je me prends son souffle en pleine poire, façon jean pierre foucault et son ventilo dans sacrée soirée. Je m’accroche à ses godasses d’où je sens, à travers, que ses orteils se soulèvent à chaque montées…Je déteste les pieds et l’image de ses orteils remuants ajoutée à son haleine sur mon visage me donne envie de vite en finir avec cet exercice…

Oui, je sais, tu vas penser que je suis une sauvageonne, et je te dirai bien que oui. Mais j’ai du mal avec les choses à faire à deux (je sais à quoi tu penses … Mais t’emballes pas, je parle sport !)

J’adore la gym, mais je veux faire mes exercices seules, dans une salle avec des gens, mais seule avec mes douleurs, mes grimaces et mes odeurs à moi.

Si je voulais faire des trucs à deux j’irai à la danse !

Tiens, d’ailleurs j’en ai fait !! J’ai pris des cours de country !! Oui oui !! C’était trop bien !! les danses on line (en ligne) c’était top ! je me voyais telle Calamity Jane avec mon stetson et mes santiags !! « Rendez-vous au saloon, tu verras mon cheval devant les portes, je serai au comptoir en train d’admirer mon colt ! »

oui bon, c’est pas calamity jane et pas moi non plus,

mais Sophia Loren m’a toujours fait rêver moi!

Mais les danses à deux ont posé quelques soucis… Un seul mâle pour toutes ces dames. Moyenne d’âge du cours…70 ans je dirai (pour la plus jeune, qui était moi, mais je ne me compte pas puisque je n’ai pas 70 ans !) et le monsieur, très bon danseur d’au moins 80 ans. Toutes se bousculaient pour avoir monsieur pour partenaire…

En tant que nouvelle j’ai eu l’honneur de partager la danse sous le regard acide des dames…. La « jeune » va mettre la main sur le doyen !

Et là malaise !! Monsieur qui me regarde droit dans les yeux, façon toi ma ptite jeune je vais te montrer ce qu’est un danseur de country…Tant  que je sens pas son revolver à travers son pantalon ça va ! mouhaha !!

Et moi là je fais quoi…Je ne peux pas regarder mes pieds, je risque de lui foutre un coup de boule ! Je ne peux pas regarder derrière lui, il a mis sa grosse tête trop près de la mienne, j’y vois rien !

Je n’ai d’autre choix que de le regarder … et je me sens mal. Yeux dans les yeux, il me sourit et moi je pense « putain pourvu qu’il croit pas que je le drague » je sens le regard des dames me bruler le dos, je suis sure qu’elles pensent que c’est le cas en plus !!

Les autres fois j’ai eu une partenaire, c’est pas mieux. Madame qui me sourit, qui me souffle son haleine et dont, selon la danse, je sens sa poitrine contre la mienne…. C’est plus un tête à tête là, c’est un têtons à têtons !

Les autres fois…je ne suis jamais revenue !!!

Sauvageonne ? Ouais, finalement, je crois bien !!

 

Errance à l’hopital Acte final

Je t’ai quitté mon ami lecteur en te parlant de mon errance à l’hôpital ressemblant à l’aéroport de Nice. Si tu ne sais pas, ou ne sais plus, de quoi je cause, lis l’article d’avant et tout va s’éclairer.

Hier, j’avais donc rendez-vous pour la fameuse petite intervention en ambulatoire. Je t’aime beaucoup mais je garde pour moi la nature de mon intervention. Rien de grave de toutes façons.

Une infirmière m’a téléphoné la vieille pour me donner l’heure et quelques recommandations ainsi que… l’itinéraire dans l’hôpital pour me rendre là où on m’attendrait…

Alors déjà qu’en étant sur place et qu’on m’indique un chemin « à droite, puis vous tournez et prenez sur votre gauche puis la deuxième à droite etc… » c’est comme si tu me parlais une autre langue, alors par téléphone, c’est simple, je n’ai même pas écouté ! J’ai juste entendu « je vous attendrez »ah bah même quand je sais où je vais jme perd moi!

Naïvement, je me suis dit qu’à 7h00 du matin, peu de gens serai dans l’hôpital et que je verrai de loin une infirmière qui n’attends que moi…Oui, toi aussi tu y crois moyennement hein…

Ça a commencé direct en arrivant sur le parking de l’hôpital. Chercher l’entrée du parking et s’étonner que la barrière ne s’ouvre pas et que ça bipe …Normal, nous sommes devant l’entrée du parking des médecins !!

On se gare dans la rue, c’est mieux va !

Un peu moins de monde qu’en journée mais nous ne sommes pas seuls, ça fait hall d’aéroport le matin tôt quoi. 2 ascenseurs, un bleu, un jaune…Il me semblait qu’il fallait prendre le bleu, mais sur le jaune il y a marqué « ambulatoire » dans le flot de mots.

Donc, ascenseur jaune. Arrivés pour prendre un ticket. Nous sommes deux, je suis la deuxième arrivée. La nana avant moi a le numéro 001, logique, et moi, le 401…heu…

On appelle le OO1, et je me demande s’ils vont attendre que 400 personnes fantômes passent avant moi, ou faire défiler tous les numéros jusqu’au 401. Non, après 001 vient 401.

Et là, la madame pas aimable me dit que ce n’est pas là que je devrai être, j’ai le droit de répondre que, effectivement, je devrais être dans mon lit à cette heure !? Elle me dit que je dois me rendre directement en ambulatoire (sans blague ?!) et là, elle me dit « vous prenez la direction « ambulatoire » et vous tournez à gauche de suite après les portes battantes, heu non ! à droite ! » alors là, le flou artistique !!En la quittant je ne savais plus si je devais aller à gauche ou à droite, j’étais perdue !

Mais toujours optimiste je me fie à mon instinct et suis « ambulatoire 1 » ou une infirmière me reçoit et… ne m’a pas sur son listing… « ah non ! il faut que vous alliez en ambulatoire 2 » oh putain !! et c’est reparti, gauche droite, droite gauche !! C’est simple j’avais envie de faire un gauche droite jusqu’à ma voiture et de repartir !

J’atterris enfin au bon endroit. Je suis prise en charge et installée dans une minuscule chambre individuelle. Un lit, deux chaises, un wc. La femme me donne un petit paquet. Vous vous déshabillez entièrement et mettez ceci, pantalon, chemise bouton derrière (les fameuses blouses où t’as le fessier à l’air !), sur chaussures et veste en papier. Ne vous mettez pas sur le lit vous partirez à pieds au bloc. Hé ben pourvu qu’on m’y emmène parce que j’ai pas envie de me retrouver en tenue de papier sur le parking moi !

Je m’exécute et rien que pour me venger de tout ça je fait un joli double nœud à mon pantalon de papier ! Ils auront qu’à découper pour l’enlever tiens ! C’est petit, mais c’est mon petit jeu de sorciere à moi !

Un type vient me chercher peu de temps après « vous êtes prête madame ? » bah ça dépends pourquoi mon gars ! Pour aller se faire un cinoche faudra repasser hein ! Mais je sens à sa mine qu’il n’a pas envie de plaisanter, et je t’avoue que moi non plus !

Le mec est grand et fait de grandes enjambées, je suis petite, et je glisse sur ce sol brillant avec mes sur chaussures en papier, mais il sait que je suis derrière lui on entends bien le scratch scratch de ma combi en papier. Je me sens sexy à souhait, et ce n’est que le début.

Il me met dans une salle d’attente, avec d’autres personnes dans le même accoutrement que moi « l’anesthésiste va venir vous chercher » oui, j’espère qu’il ne va pas m’endormir ici ! Bon, je ne dis rien, j’ose pas regarder les autres. Une petite musique est diffusée dans cette salle, soporifique, une pré anesthésie ? ou une envie de pleurer de désespoir, au choix !

Un petit jeune arrive « madame Calimero ? c’est vous que je cherche alors ! je suis l’interne en anesthésie et je vais vous poser quelques questions avant de vous mener au bloc » Nom, prénom. Vu qu’il me les a rappelés avant de se poster devant moi, j’ai pas trop de mal à lui redire… Date de naissance, allergie connue ? et… « l’heure de votre dernier repas ? » heu… vers 20h… « et l’heure de la dernière boisson que vous avez pris » alors là !! Je bois plus la nuit que le jour moi alors…22H ou 22H30… « parfait ! avant minuit ! » Puisqu’on m’avait dit que je devais être à jeun  à partir de minuit, n’aurait-il pas été plus simple de me demander si je n’avais rien pris à partir de cette heure ? Ma foi…Je ne dis rien, c’est l’anesthésiste, on sait jamais hein.

Il me mène au bloc,  à pieds glissants, tranquilou ! Ah non ! J’ai un truc en plus !! J’ai une charlotte en papier sur ma tête ! Je me sens belle !! On croise tout plein de gens en blouse, je ne les regarde même pas ! ça fait drôle quand même d’arriver dans le bloc comme ça, j’ai l’impression de rentrer dans la série que j’adore en ce moment New Amsterdam, sauf que y’a pas le beau docteur !

On me demande de lever et de mettre dans un bac, mes sur chaussures, ma veste et … mon pantalon ! Tu te souviens ? Celui sur lequel je m’étais amusé à faire un double nœuds… je galère et je me dis « bien fait pour toi ma fille ! ». Une nana me dit « quand vous serez prête vous vous allongerez sur la table » Punaise, bientôt ils vont me filer le bistouri pour que je me charcute toute seule.

Et je vois à quelle hauteur est la table et surtout je vois la hauteur de mes jambes « heu…Excusez-moi mais si je dois monter là il va falloir que je saute ! » Bon, au moins j’ai fait rire les personnes dans la salle ! « Je vais chercher un marche pieds » qu’on me sort ! C’est ma journée ou quoi ? Et en partant chercher ledit marche pieds elle appuie sur un bouton qui fait descendre la table. Quand elle revient avec le marche pieds, la table est si basse que même un gamin de ma classe pourrait y monter sans lever trop la jambe « non mais là ça va ! je peux quand même ! » et ça rigole « ah oui là ça devrait aller » ah ah ah ! pfff !!

On me met en place, la perf, le masque sur la figure « pensez à une chose agréable et respirer profondément » je me force à oublier que je suis presque à poil sur la table avec ma charlotte sur la tête…

Et je respire « vous pouvez fermer les yeux si vous voulez, pour vous aider à vous détendre » ah non !! J’ai trop peur qu’ils croient que je dors alors que je ferme juste les yeux !! Alors je lutte…quelques secondes…

Et me réveille en salle de réveil. Avec la tête en gros plan d’une aide-soignante « ça va madame ? » hum… « vous n’avez pas mal ? » j’articule avec difficulté, comme une nana qui sort d’anesthésie quoi, que j’ai mal au ventre « ah oui ça c’est normal » bah pourquoi tu poses la question alors ?!!

On me remonte en chambre, dans mon lit, à moitié groggy. Je roule dans le couloir (enfin mon lit hein pas moi !) et on me dit « bonne journée » bah voyons !! La journée va être d’enfer mon pote !!

Ah non ! Avant de partir le type me demande si je veux qu il me donne quelque chose de mes affaires « mon blouson s’il vous plait…Y’ a mon téléphone dedans » oui j’ai précisé au cas où il pensait que j’avais l’intention de me barrer…Je ne sais pas trop comment j’aurai fait mais bon….J’arrive déjà pas à m’orienter dans cet endroit en étant « normale » alors avec des restes d’anesthésie je te raconte pas !

L’aide-soignante vient me voir au bout d’un moment. Très gentille. Elle m’apporte une collation, café, pain etc… Comment boire un café en position semi allongé…Mystère…On verra après hein

Je vous enlève la perf ? oh ouiiiii mais « vous avez fait pipi ? » heu…je ne me suis pas levée… « ah alors je vous l’enlèverai quand vous aurez fait pipi, buvez, prenez votre temps pour vous lever…Je reviendrai »

Voilà autre chose ! Moi j’ai pas envie de faire pipi déjà, et ensuite je me sens un peu dans le coton là…Alors j’y vais doucement. Me redresse pour prendre du café déjà…ouille et beurk. Je passe mes jambes en dehors du lit, punaise il est haut ce lit ou mes jambes ont encore rétrécies ?

Et doucement me dirige vers les toilettes. En m’arrêtant à chaque coin de la piece… Avec difficulté et douleurs je fais ce qu’on m’a demandé.

Au bout d’un moment l’aide-soignante passe prendre de mes nouvelles « j’ai fait pipiiiii » que je dis fièrement…L’humiliation est à son comble en ce jour.

Perf enlevée et je dois attendre le médecin pour sortir ! Je trouve le temps long, je somnole, j’ai mal et j’ai surtout peur de m’endormir et de ronfler quand le doc va passer me voir !!

Il passe enfin, tout souriant, je n’ai même pas eu le temps de me recoiffer mais là, la sexy attitude ça fait longtemps que je l’ai perdu hein !

« Comment vous sentez vous ?

-J’ai mal

-Ah ? où ça ?

J’aurai pu répondre à mon ego mais j’ai opté pour la réponse adéquate,

-au ventre

-ah oui ? c’est un peu normal ça (et allez ! la réponse à la con !)

Il regarde fièrement la moche marque qu’il m’a laisse

-tout s’est bien passé en tout cas, et tout va bien aller, vous n’avez pas mal aux épaules ? »

Heu…  Vu que l’opération était au niveau du ventre…Non, les épaules ça va… Je suis intérieurement morte de rire en fait, j’ai pas fait de séance de muscu pendant qu’il me trifouillait le bidon donc les épaules ça va merci !

Alors qu’il m’avait dit que 24h maxi 48h serai utile pour retourner au travail, il m’annonce qu’il m’a mis en arrêt pour une semaine « ça ira mais…je préfère quand même que vous restiez tranquille parce que… »

Il ne finit pas sa phrase et je peux te dire que depuis que je suis chez moi je sais ce qu’il a voulu dire, je marche comme une mémé, j’ai mal, moi qui dort sur le ventre bah je dors pas ! Quant à la tête de mon ventre (oui mon ventre à une tête !) il ressemble à un boxeur après un match, les bleus inclus !

Le pire c’est que ma tête a envie de faire des photos, de sortir et que mon corps ne peut pas ! Bonne humeur en perspective je te le dis moi !

 

Errance à l’hôpital

Jeudi j’avais un rendez-vous médical dans un endroit que je ne connaissais pas.

Le sens de l’orientation, ce n’est pas mon truc, donc inutile de te préciser que je suis partie très en avance et que j’ai bien analyser la route…dans ma tête.

C’est un grand hôpital tout neuf, je n’y ai jamais mis les pieds, ni le reste. Le médecin je ne le connais même pas, lui non plus… Le mystère quoi.

Sans encombres, j’arrive dans les alentours de l’établissement, immense.

Je cherche l’entrée du parking, en voiture…Entrée des urgences, non. Entrée du personnel, non…Je commence à bouillir !

Ça roule comme des malades autour de moi, ce qui n’est finalement pas illogique de croiser autant de malades, près d’un hôpital ! Ils savent où ils vont eux !

Je fais le tour en ne trouvant jamais l’entrée de ce fichu parking !! Je fais demi-tour dans une résidence un peu…Louche…Un gars devant un bâtiment me regarde étrangement…La parano me gagne… ou pas !

Je me dis qu’en faisant le tour de l’hôpital dans l’autre sens je verrai peut-être ce satané parking que j’ai raté…Que dalle !!!! Je décide d’opter pour le parking du magasin de bricolage, pas trop loin, et si je ne trouve pas de place…Je rentre chez moi !!

Après avoir passé la peur de trouver un parking fermé, je trouve une place sans problème…

Et, en fermant ma voiture, je me pose des questions… Et si, on me repère et m’oblige à acheter quelque chose dans le magasin pour pouvoir y laisser ma voiture… J’ai besoin de rien moi oh !

Je ne vais quand même pas débarquer dans le cabinet du doc avec mon sac sur une épaule et une caisse à outils dans l’autre main…

Punaise je stresse et fuis la parking, tête basse, comme si j’avais fait le braquage du siecle !! Je crois que si quelqu’un m’avait interpellé ne serai ce que pour me demander l’heure, j’aurai été capable de lever les mains en l’air en disant « ok ok !! je prends une boite de vis !! »

Mais je pars et arrive enfin devant l’hôpital. Tout juste passée le portail, j’ai l’impression de basculer dans un autre monde !!

Je n’ai pas l’habitude des aéroports, mais pour avoir déposé et récupéré plusieurs fois ma fille à l’aéroport de Nice, je peux un peu parler de celui-là et te dire que j’ai eu la sensation d’y être !!!

Des panneaux dans tous les sens, je plisse mes yeux sans lunettes pour les lire, des gens pressés qui marchent vite, d’autres arrêtés qui attendent …un bus ? Des gens avec des valises à roulettes !!

Et au milieu de tout ça, y’a moi ! Paumée ! Mais qui ne veut pas paraitre !! Mais où je dois aller merde ?

J’essaye de regarder dedans le bâtiment, à la recherche d’indices mais c’est vitré !! Je ne vois que ma tronche complètement larguée !!!

A un moment des portes automatiques s’ouvrent pour laisser sortir un couple. Tant pis, je rentre, on verra bien…

Aéroport jte dis ! Des gens partout !! Assis qui attendent, des grands halls, une cafet’ et l’accueil (c’est écrit dessus) désert…Oh punaise…

Je n’ai pas envie de faire la nana perdue mais là ça commence à faire lourd…Y’ a des panneaux mais ça dit juste la spécialité des médecins de l’hôpital…Mais pas l’étage qu’il est le mien !!!!! Oui, j’en perds même mon vocabulaire là !

Je passe et repasse devant l’accueil et je dois vraiment pas être fière puisque une nana sort de derrière son ordi.

« Vous cherchez ? »  Je peux répondre, Ma dignité ?

J’ai du mal à me souvenir du nom du médecin, évidemment ! Le stress de devant l’hosto m’a, heureusement, fait aussi oublier mon parking sinon j’aurai surement demandé le « docteur Bob le bricoleur » hein !!

Mais ça va, enfin… Elle ne sait pas qui est ce doc (super), je ne suis pas la seule perdue, ça rassure, mais bon, moi on ne me paye pas pour ça !

Mais ces spécialistes-là sont au premier étage par l’ascenseur C. donc elle m’y envoie. En me précisant première à gauche, deuxième droite puis … J’ai plus de mémoire là, et j’ai du mal avec la gauche de la droite ok !!!!

Et allez, cherche un ascenseur ! Il n’y a pas un ascenseur C. Il y en a trois !! J’attends sagement devant, pour sauter dans le premier qui va s’ouvrir et me retrouve rapidement cernée de poussettes…

Je me demande si je vais pouvoir rentrer dans le petit ascenseur avec les mamans poussettes sans avoir à m’asseoir sur les genoux des marmots.

Ça s’ouvre, je monte, avec deux nanas et une poussette. Elles appuient sur le deuxième étage, j’appuie sur le premier et souris à la nana qui avaient appuyé, elle me lance un regard noir comme si j’avais bouffé le dernier morceau de bifteck de l’humanité quoi…

Oh calme toi, je vais descendre avant toi et en plus je suis végétarienne alors tu sais où tu peux te le mettre ton bifteck…Heu pardon…

Les portes s’ouvrent sur mon étage, ni au revoir ni pardon ni merci, je me précipite dehors avant que l’autre ne me jette à l’extérieur !!

Et là, rebelote ! Hall d’aéroport ! Il faut prendre un numéro pour être appelé à l’enregistrement…

J’ai rendez-vous à 15h, il est 14h55. J’ai le numéro 212, le numéro 194 est affiché à un écran que tous les gens regardent…Enfin, quand j’arrive, ils ont une distraction.

Les numéros défilent si lentement que je me demande si ce n’est pas fait exprès pour endormir les gens afin qu’ils loupent leur numéro et passent la journée ici…

Mal polie peut-être mais j’évite le bonjour et le sourire, vues les tronches, j’ai pas envie en fait…

Et j’attends, je vois le temps passer, les gens circuler, et les numéros avancer au compte-gouttes… Je me dis que ce n’est pas possible j’ai dû me tromper d’endroit ! J’ai rdv moi !

Je me lève. Regards exaspérés des personnes en attente… Je lis tous les panneaux, partout, et cherche comment me sortir de ça !

Ah ! je vois un panneau avec la spécialité de mon doc, j’enfonce mon ticket 212 dans ma poche et entre dans le bureau de la secrétaire, sourire aux lèvres, comme si j’étais toute fraiche et pimpante sortie de l’ascenseur C. avec des gens, ma foi, forts sympathiques. Et surtout, ne pas penser à la boulette de ticket que j’ai dans la poche, je n’ose même pas la toucher, de peur que la dame s’en aperçoive et me renvoie devant l’écran.

« Bonjour ! J’ai rendez-vous avec le docteur ! »

Elle prend mon nom, youpi, j’ai gagné mais…

« Vous n’êtes jamais venue…Il va falloir vous faire enregistrer à l’entrée »

Eh merde ! j’étais à deux doigts…. Je ne veux pas ressortir ma boulette de la poche, je lui dis alors que vue l’heure et le monde en salle d’attente pour l’enregistrement, je ne serai jamais à l’heure pour le docteur… Yeux de biche innocente qui papillonnent à l’appui….

« Bon, tant pis, je vais prévenir le docteur que vous êtes là, retourner vous asseoir, il va venir. »

Ce n’est pas peu fière que je retourne m’asseoir avec le peuple fixé sur écran, et j’attends.

Je trouve la situation tellement cocasse que j’ai envie de noter quelques phrases dans mon petit carnet, celui que je garde dans mon sac pour les fois où j’aurai envie de coucher ce que je vis…

J’ai le temps d’écrire une phrase, que le médecin en personne vient déjà me chercher. Souriante, je jette littéralement carnet et stylo dans mon sac « bonjour ! »

« Vous vous êtes fait enregistrée à l’accueil »

Hé merde ! C’est une manie ou quoi !

« Non mais votre secrétaire m’a dit que ce n’était pas la peine alors… » Sourire de séductrice à deux balle, battements de cils…

« Venez, on y va de suite ! » A l’enregistrement, je précise hein !

Et là, j’arrive devant une secrétaire blasée, débordée et obligée, par un médecin, de s’occuper de moi…

« Je vous laisse, je reviens vous chercher… »

Je suis un peu mal à l’aise…Le forcing a été violent quand même…

Je souris beaucoup à la secrétaire qui ne me regarde même pas…Je discute, seule au début, puis compatissante pour son métier pas forcement facile…et, elle lève la tête et la magie opère ! Je la vois se décontractée.

J’en conclue qu’elle et ses collègues ne doivent pas souvent recevoir de sourire, de paroles ou de regards aimables de la horde de la salle d’attente… Je suis contente du sourire que j’ai pu lui décrocher. La remercie chaleureusement, lui souhaite bon courage, c’est sincère !

Et retourne à ma place…

Je te parle du regard de la salle ou pas… Je suis quand même passée devant tout le monde, escortée par le (charmant) médecin…

Et je suis là, à nouveau parmi eux… A un moment j’ai eu une pensée pour Walking Dead et la horde de zombies prêts à me dévorer sur place…

Je veux reprendre mes écrits en attendant. Je prends mon carnet et cherche la page sur laquelle j’avais commencé à écrire…Crois-moi si tu veux, je ne l’ai jamais trouvé !!!

J’ai cherché, au moins 10 minutes je te jure !!! J’ai feuilleté mon carnet dans tous les sens…

Et puis le médecin est revenu me chercher… A ce jour, je sais que j’ai écrit, mais je ne sais pas où !!

Visite super, doc sympa. Petite intervention chir prévue en janvier, ce qui veut dire que je vais devoir revenir et surtout repartir avec un petit reste d’anesthésie générale dans la tronche…

Déjà que je me perds en étant « normale », il va falloir que je donne le numéro d’une personne a prévenir en cas d’errance incontrôlées de ma part dans les couloirs !!

A propos d’anesthésie, il faut que je prenne un rdv.

« Pas de soucis, je vous mène à la secrétaire, on va prendre un rendez-vous de suite »

Et me revoilà, retraversant la horde à tickets (toujours les mêmes !) avec mon médecin personnel pour entrer direct dans le bureau des secrétaires de l’anesthésiste !!

Alors soit il est sympa ce toubib, soit il m’aime bien, soit il se dit que paumée comme j’ai l’air il vaut mieux qu’il me suive !!

Je sors enfin, avec toutes ma paperasse sous le bras.

Re-ascenseur C. Hall de l’aéroport, et enfin me revoilà dehors !!

Retour au parking de bricolage où je fais bien gaffe de cacher mon dossier médical…. On ne sait jamais, tant que je ne suis pas loin de ce parking j’ai toujours la crainte de devoir faire du shopping pour des clous !

 

Expérience Pilates

Je dois t’avouer un truc, je ne suis plus retournée à l’aquagym depuis le mariage de ma sœur, fin juillet…depuis que je me suis vue en photo en fait…Je me suis demandé pourquoi j’entretenais un corps de sirène alors le mien serai plutôt corps de baleineau…Bref, pas de débat, je n’ai plus osé y aller, me montrer en maillot (ni en col roulé d’ailleurs !) au bord de la piscine. Et franchement pas de motivation…

Mais ça, c’était sans compter sur mon besoin de bouger perpétuel et ma copine/Voisine/sœur jumelle, qui m’a entrainé avec elle à la gym ! Je vais la suivre (elle va me pousser aussi !) 2 fois par semaine. Un cours de fitness et un cours pilates… (et on prononce le S. comme dans tennis (ou pénis mais bon, je vais pas encore passer pour une obsédée hein !!)

Je ne connaissais absolument pas, j’ai testé jeudi…Je te raconte ? T’inquiète je n’y parle pas que de la technique…Tu me connais…

Alors tu dois savoir un truc, la gym se déroule dans mon village, j’habite et travaille dans mon village depuis 8 ans, donc je commence à connaitre du monde, au moins du vue…Quand je les vois sans mes lunettes !!

A peine ai-je posé un pied dans la salle que j’ai des « hé coucou ! » surpris ! Oui, je venais avant, je ne suis plus venue et je reviens donc…Je suis même accueillis par une ancienne collègue à la voix qui porte loin et fort « ça par exemple !!! une revenante !!!! » J’aurai voulu passer inaperçu c’était mort !

Y’a même un monsieur !! Le papa du meilleur pote de mon Ptit Loup. Papa divorcé, moi je côtoie surtout la maman donc je ne sais même pas si lui se souviens de moi… Mais à peine ai-je posé mon tapis, ma serviette et mon sac que « oh !! Bonjours Maman de Ptit Loup ! » et vlan la bise ! « Bonjour heu… » Punaise comment il s’appelle ? J’en sais rien !! Je vais pas lui faire le même coup avec un “bonjour papa de son fils!”, je dis bonjour avec un grand sourire et ça passe ! « C’est cool de venir !! Au milieu de toutes ces femmes !! » Bah oui, mais moi je sais pas quoi lui dire hein ! « oh tu sais, en tant qu’éducateur j’ai l’habitude moi (cling ! sourire ultra brite !) les quotas c’est un educ pour 10 nanas donc ça va » Aucun rapport mon pote lourdingue…Déjà on est plus de 10 et t’es tout seul, et ensuite si tu comptes éduquer qui que ce soit ici, à mon avis, va y avoir du sport et ça sera pas du pilates !! Ah ah !! Et comme je veux être (quand même) sympathique je papote avec lui…Enfin je pose une petite question et il me réponds d’un discours… « tu habites ici toi…heu vous ? » ça fait juste 5 minutes qu’il me tutoie sans me demander lui mais bon… « tu peux me dire tu ! » bon bah à moi aussi hein….puisque tu me le demande…pas ! et là, le gars il me sort son parcours de vie quoi ! Non, quand je suis parti d’ici (divorce) je suis allé à Perpette-Les-Oies, après je suis parti pour Trifouillis-les-bains et je suis de retour ! Ah ok…Bien ….bien… « et du coup, tu viens faire du pilates ! » Tu crois qu’il va me répondre quoi ? Non non, je viens faire du rock acrobatique sur fond de musique pour cours de pilates en fait ! Là aussi il me détaille son emploi du temps sportif !! « Le mardi et le jeudi je viens ici (comme moi…) et le mercredi je fais du karaté moi…j’en fais depuis blablabla » Franchement je ne m’en souviens plus…Mais je pense même qu’il m’a donné sa couleur de ceinture ou chépakoi que jmen fou… Punaise jamais il commence ce cours… Et là, je sors la première connerie de la soirée « T’as vu, nos fils vont aller en classe de neige !!! » Ouais…Sauf que ça fait 3 ans que nos fils ne sont plus dans la même classe… Et je m’en rends compte juste après avoir sorti ma phrase. Il me regarde avec étonnement, je m’embrouille…et je l’embrouille « ah bon ? – Non non ! pardon je me suis trompée – ils sont encore dans la même classe ? – Non non, mais ptit loup part en classe de neige alors comme il voulait trop être avec ton fils j’ai pensé que c’était dommage donc – Ah ok…mais parce que moi il va pas en classe de neige, ils sont dans la même classe cette année ou pas alors ? » oh putain ! jamais il commence ce cours !!!!! Pendant qu’il me parle j’enlève mes chaussures, c’est plus pratique pour le cours il parait.  Et pour une fois dans ma vie, je rêve qu’une forte odeur de chaussettes chasse un mec !

Ah ! ça y est, la prof se met en place. Quelques explications, et c’est parti.

La musique est douce, je me dis que j’ai bien fait de mettre un pantalon de sport et non un short, je ne vais pas transpirer, si c’est comme je l’imagine, du yoga, je risque même d’avoir frais… Ma copine me dit « t’as vu ! Y’a la maitresse de ton fils là » (Au bout de notre rangée) « ah oui ? Bah je sais pas…J’ai pas mes lunettes ! » Ma vue est de pire en pire, je suis sûre que je connais des gens dans cette salle que j’ignore lamentablement…Puisque sans mes lunettes je vois des cheveux, des corps et une bouillies à la place du visage…

Le cours commence et je commence à me dire que j’aurai dû mettre un short…J’ai chaud moi ! Je transpire même ! J’ai mal, c’est pas du yoga les gars !! C’est pas cardio mais musculairement intensif quand même…Faut dire que mes muscles y’a longtemps qu’ils sont restés au repos… Y a beaucoup de gainage et moi j’ai lourd a gainer quoi ! Et je suis raide comme un piquet, alors la souplesse jte dis pas !! Et je glisse en chaussettes « ne crispez pas les orteils au sol » et je m’accroche avec quoi moi ?

« Jambes tendues, bras tendus, corps parallèle au sol, raidissez-vous, comme une planche à repasser » oui bah moi je suis plutôt une planche gondolée ! Ou une planche molle ! Et je souffle, et je suis rouge écarlate, putain de pantalon qui me colle, putain de chaussettes qui glissent !!

« Debout, dos bien droit, jambes tendues, descendez toucher vos orteils avec vos doigts » Heu…Alors déjà, c’est pas la position la plus naturelle pour se gratter les pieds ok, mais moi, jpeux pas !! J’ai les bras trop courts !! Si si !! Mes doigts ils touchent pas mes pieds moi !! Et vu que je mesure 1m54 c’est pas un problème de jambes trop longues hein….Parce que à moins d’être née sans buste, d’avoir les seins juste au-dessus du pubis (avec un S. a prononcer là aussi, c’est pas l’pubi), j’ai à peu très tout de court moi ! 1m54 à repartir sur un corps ça va vite crois moi ! Et j’ai pas les bras d’un bonobo, donc, j’ai les bras courts ! Alors je ne peux pas moi madame !! « ah !! je vois que ce n’est pas facile pour tout le monde » Pfff ! Je ne sais pas de qui elle parle, vu que j’ai la tète dans mes courtes pattes, et puis de toutes façons elle est trop loin je ne verrai que sa face en bouillie, mais je me sens visée quand même… M’en fou ! C’est pas pour ça que je toucherai plus mes orteils alors !

Cours terminé, j’ai bien aimé. Ça m’a calmé (si si) et je sens bien que des muscles se sont réveillés, j’ai espoir même de gagner en souplesse avec le temps (si si).

Je suis ma copine qui récupère ses chaussures en parlant « oui oui c’est sympa, j’aime bien » Elle met ses chaussures, une autre copine m’accoste pour savoir, ma copine s’en va et me laisse seule avec la copine numéro 2. Je pose mes pieds dans mes chaussures, c’est fou comment je les trouve confortables, ça fait du bien de remettre les chaussures après avoir lutter pour pas se casser la gueule pendant 1h. Et je fais des vannes à la con à copine numéro 2 « imagines ! Tant c’est même pas mes baskets en fait !!! » Sourire (qu’elle est couillonne cette calimero !) « bah non, c’est les miennes là ! » qu’elle me réponds ! (qu’elle est couillonne cette copine Numéro 2) Je rigole « bah ouais !! ah ah ! » Toujours mes pieds dans les pompes !! Mais elle insiste (ah l’humour…) « non mais là t’as vraiment pris mes chaussures en fait » ah ah bon, ça commence à faire lourdingue niveau longueur de blagounette mais je me marre encore (bon public !!) et elle continue « non mais Calimero, j’ai pas vraiment envie de rentrer en chaussettes chez moi si tu veux… » ah ah !! Tout en rigolant (un peu plus…jaune) je jette un coup d’œil circulaire et rapide à la salle et là, devant moi, un peu plus loin, une paire toute seule…Putain…Surement mes baskets…J’y vois rien, forcément, mais les couleurs y ressemblent et puis, c’est vrai que celles que j’ai aux pieds sont quand même hyper confortables….ah…..ah….. J’enlève les baskets de la copine ah…..ah ….. Essayes de faire style « ouais jle savais ! » mais j’arrive pas !!! Elle rigole, moi aussi mais c’est moins drôle « oh dommage, elles étaient vachement bien ! » Sourire… « tu m’étonne ! elles sont à mémoire de forme et tout ! » En fait ses baskets n’ont juste rien à voir avec les miennes ! Elles sont de marques et doivent couter une blinde…Moi elles sont usées et sans marque…Je peux même pas me justifier en disant qu’elle aussi aurai pu se tromper…Impossible !! Non mais jte jure !!! Le pire c’est que si elle m’avait pas vu mettre ses chaussures, je serai rentré chez moi avec les siennes !!! Oh la honte !!

Je remets mes vieilles chaussures pas confortables, me retourne « allez, à jeudi prochain ! » et tombes nez à nez avec une autre connaissance « alors !!!!! Bonjour !!! » Et voilà, elle m’avait vu, m’avait souri pendant le cours et moi….bah je l’ai pas vu ! Alors que la salle n’est pas immense !! Heureusement qu’on vient me voir…de près ! sinon je passerai pour une bêcheuse ! Je me suis demandé combien de nanas j’avais ignoré quand même…Qui vais-je découvrir la semaine prochaine « oh toi aussi tu viens ici maintenant ? –  ça fait deux semaines qu’on fait le cours ensemble en fait ! »

J’irai bien avec mes lunettes la prochaine fois (je trouverai peut être mes orteils plus près de mes doigts !) mais si je dois, en plus de faire gaffe à pas me vautrer en chaussettes, faire gaffe à ne pas écraser mes lunettes en les faisant glisser de mon nez à mes pieds, ça sera cool. Sans parler qu’il va falloir que je fasse travailler ma mémoire pour ne pas oublier, pendant 1 heure, où j’ai laissé mes baskets…

Quelque chose me dit que le pilates ne va pas faire travailler que mes muscles !! Et à mon avis t’as pas fini d en lire des articles de pilateS, vu que j’ai cru entendre que la semaine prochaine se serai avec le ballon…Va falloir en plus que je m’aggrippe pour pas avoir a courir derrière mon ballon pendant que les autres feront leur mouvements…Oh punaise!!

L’aventure extraordinaire

Il m’est encore arrivé une aventure extraordinaire…Enfin, à mon échelle et avec ma manière…particulière, de l’aborder, elle est rapidement devenue une aventure extraordinaire en fait. Parce que si je te dis « détartrage de la machine à café » tu n’y vois là rien de vraiment extraordinaire, ni quelque chose ressemblant à une aventure…Alors laisses moi te raconter ça avec mes mots et surtout…mes faits et gestes…

Ça fait plusieurs jours en fait, que je constate que ma machine à café (à capsules) a un jet un peu moins fourni (dit comme ça, c’est bizarre mais je ne pense pas au café…C’est moi qui ai les idées mal tournées ?). Je sens l’entartrage assez proche, mais, utopiste, optimiste et naïve que je suis, je pense que ma petite machine va bien tenir jusqu’à ce que monsieur rentre de son stage Parisien pour s’en occuper…. Vu que moi, je n’ai jamais fait, donc ne sais pas faire et surtout bah…j’ai pas envie !

Mardi matin, toute fraîche et reposée (je t’ai dit que j’étais utopique, optimiste et … naïve ?!) je descends préparer mon café, histoire de bien démarrer la journée avant de partir au boulot (même quand je vais pas au boulot j’ai besoin d’un café…Il en va de la survie de ceux qui me côtoient).

Comme à mon habitude, je prends le mug, que je choisi plus ou moins rapidement selon mon degré de motivation à perdre un temps fou pour rien (parce que oui, y ‘a que moi qui le vois ce mug, vu que je déteste les ptits dej’ a deux…pas la peine de se parler le matin, on pue du bec !!), j’y jette, plus ou moins délicatement (ça, ça dépends de mon humeur !) un sucre roux (oui j’aime les roux ! et alors hein ?), un fond de lait et hop ! mug dans la cafetière et en voiture Simone…Sauf que Simone elle fait une sorte de « paf », deux éclaboussures et un jet fin comme du fil de pêche (j’avais fil dentaire aussi, mais ça me faisait pas rêver comme référence !). Utopiste, optimiste et naïve, on a bien compris ! Je me dis que ça vient de la capsule, alors je change. C’est pire ! Paf ! éclaboussures et plus de jet du tout ! Je marmonne, et décide de me satisfaire de ce que la machine a bien voulu me donner. C’est peu, ça ressemble à un café, ça ira ! Sauf que c’est froid, comme le lait, et ça a le gout du lait très sucré ! J’ai bu du lait froid sucré avec un nuage de café ! Nouveau concept mais bof !

Utopiste, op…ok ok ! Je me dis que je me défoulerai sur le café de 10 heures à l’école ! (mais pas sur les enfants, ne t’inquiète pas !)

On se prépare avec ptit loup et alors qu’il me reste une chaussure à mettre, coupure d’électricité !! Faut dire qu’il pleut grave et qu’on a des orages ! Recherche de la lampe torche et j’essaye de mettre ma deuxième chaussure avec Lolita la truffe prise de stress intense, collée à mes jambes…Ptit loup aussi d’ailleurs, mais moins collé quand même ! Je réussi à ne pas mettre ma chaussure à Lolita et départ pour l’école.

Arrivée à l’école où l’électricité n’est pas encore revenue…Les parents déposent les titis et s’étonnent, il semblerait que tout le village ai retrouvé la lumière, sauf notre école… Ma foi… On ouvre le compteur électrique, on cherche, enfin on fait style on cherche, parce qu’entre celles qui ne savent pas et celles qui n’ont déjà pas en temps normal, la lumière à tous les étages, on n’avance pas.

Alors on passe la matinée dans la pénombre. Vu qu’il pleut on ne sort pas, on reste la matinée entière dans la classe, avec nos minots qu’on essaye d’occuper avec des activités qui ne demandent pas trop la nécessité d’avoir des yeux ! (Apprentissage du braille en maternelle ?)

Il est évident qu’à 10 h, je n’ai pas de café…Et ça commence à me souler grave…

A 11h l’électricité est remise…Je te passe les détails, mais le policier municipal est venu nous remettre en route le tableau électrique qui était passé en mode « sécurité »…Bah quoi ? On savait pas nous !

Midi pause repas chez moi, pas de café. Après-midi boulot, café à 15h mais demain, mercredi et sans café va y avoir du sang je vous le dis ! J’ai songé à un moment de prendre celle de l’école pour chez moi, mais j’ai pas osé…

Le soir, n’y tenant plus, par téléphone je demande à Monsieur de m’aider « dis…Comment on peut détartrer la machine ? » Et l’assistance par tel se met en route ! Pas à pas il m’explique patiemment (avec moi, il est faut de la patience !) et j’exécute…Enfin, j’essaye !

« Sur l’étagère du haut, derrière les mugs tu as une capsule transparente à utiliser durant le détartrage et le produit »

J’envoie la main, ok ! produit là ! Mais la capsule je ne la vois pas…Puis du haut de mon mètre 54 j’y vois pas bien haut, alors derrière les mugs j’vois pas ! J’appelle l’ado, lui non plus il voit rien. Nous voilà, comme des couillons, à sauter pour essayer de voir. Je vais chercher une chaise, je monte, y’a rien !!! Je râle « tin !! tout ça pour ça quoi ! »

« Tant pis on fera sans. Lis le mode d’emploi sur le paquet du détartrant »

Heu…Je cherche le français déjà ! Je ne trouve rien qui ressemble à un mode d’emploi moi ! A part « ne pas ingérer » je ne lis rien de particulier. Et comme j’ai bien compris que pour détartrer la machine je n’ai pas besoin de bouffer le sachet de détartrant ça va !! Ah si ! je lis, « lire la notice dans la boite »… Sauf que dans ma boite y’a pas de notice !!!!

« C’est pas grave, je vais t’expliquer »

On en parle que déjà là, je me suis demandé pourquoi, au lieu de me faire chercher le mode d’emploi, il ne m’a pas directement dit lui-même comment faire ? non hein !

« Prends une bouteille en plastique et découpe là pour en faire un récipient que tu mettras sous la machine »

Une bouteille ? Bah des vides j’en ai pas moi ! Je fouille dans la poubelle, je grogne, je trouve, je prends un couteau…qui ne veut pas couper ma bouteille…je grogne, je plante le couteau (mon côté assassin fait surface) et je découpe…Je te raconte la gueule de ma bouteille ou quoi ? En fait bah j’ai un côté haut et un côté plus bas…J’ai coupé de travers quoi ! Pas grave ! Je suis utopiste…. Ça passera mieux sous la machine !

« Remplis le réservoir d’eau de la machine quasiment au maxi et vide le sachet dedans »

Alors déjà « quasiment » c’est comment ? Ma foi… Je rempli bien, je fais tout ce qu’il dit, je positionne ma bouteille…originale.

« Maintenant lance la machine autant de fois que nécessaire pour le vider le réservoir de la cafetière dans la bouteille »

Ok ! j’appuie… Paf ! et rien…je relance…paf ! et goutte à goutte…Je grogne…

 

« Ça peut être long mais ça va passer, faut être patient. »

Ok…Patience…Heu…Je veux bien mais petites gouttes après petites gouttes, je ne suis pas arrivée au bout du réservoir moi… Je grogne…Je râle…et la machine aussi ! Je la mets en route, elle crachote presque rien…Jusqu’au moment où, miracle elle se met à couler comme vache qui pisse !!! Là, je me suis senti comme Kirikou quand l’eau du village est revenue !

(mets du son parce que…ça vaut le coup quoi mdr!)

« Super, maintenant vide le réservoir et après ça t’en refera 2 ou 3 sans produit, juste pour rincer »

 

Je te le donne en mille, ma bouteille super bien coupée, tu t’en souviens ! Hé bien vu de devant elle est bien haute, parfaite pour la quantité d’eau que je lui inflige…Mais du côté que je ne vois pas, collé à la machine…C’est plus bas, du coup…ça coule !!! Je grogne, je persiste ! Si ! tout va rentrer merde hein ! Bien sûr que non, ça déborde partout (mais jm’en fous !) je vide la bouteille quand le premier réservoir est vidé…Je me crame les doigts ! L’eau est chaude, ça déborde encore et la put*** de bouteille en plastok tout pourri est toute ramolli à cause de l’eau chaude ! Je grogne !! Je râle !!!

Je refais ça une fois, ça suffit hein ! Je vais éviter de te dire que la deuxième fois, comme la première, j’ai pensé que ça rentrait mais ça ne rentrait pas et je me suis à nouveau cramé les doigts pour vider en inondant ma cuisine…Ouais, j’évite de te le dire va !

Et enfin ! me suis fait, à plus de 21h un déca (oui parce que j’étais déjà pas mal énervée alors pas besoin de caféine !). J’ai quand même prévenu mon homme.

« Bon, je bois mon déca…Si ptit loup t’appelle pour te dire que maman ne va pas bien, tu diras au secours que j’ai du mal rincer la machine »

Utopiste, optimiste et naïve peut être mais bon, mon côté peace and love après les aventures extraordinaires de mon détartrage a été un peu amoché là !